Mark Brusse devant Clôture, 1961

© Hervé Véronèse, Centre Georges Pompidou
 

La Clôture de Mark Brusse ouverte
au public 60 ans après sa création


Juillet 2016, Lilia, Finistère. Une petite enveloppe blanche attend l’ouverture d’une boîte aux lettres, celle de Mark Brusse. Quelques mots manuscrits de Bernard Blistène, alors directeur du musée d’art Moderne du Centre national d’art et de culture Georges Pompidou ; quelques mots qui disent son admiration pour le travail de Mark Brusse. Ce dernier lui répond par courrier, à l’ancienne, ému par ce compliment ; une réponse par voie électronique ou via un quelconque réseau social, trop rapide, aurait été moins savoureuse.
S’en est suivie, quelques années plus tard, l’acquisition de Clôture par le Centre Pompidou, une imposante sculpture de 1961, une sculpture de bois et d’acier exposée aux côtés des œuvres de Robert Filliou, Marcel Broodthaers, ou encore Jean Dupuy, entre autres ; niveau 4, salle 11.2, poésie et politique de l’art.
Déjà, en 1983, peu après l’ouverture du Centre Pompidou, une autre œuvre de Mark Brusse, Cher monsieur Malevitch (1979) avait été acquise par le Centre. Puis, sous la houlette d’Alfred Paquement, Double relief in 18 colors, New York (1966-67), déjà montrée au Centre et présentée à l’exposition Paris-New York en 1977, est également achetée en 2002. Le Centre Pompidou a acquis au total 7 œuvres de Mark Brusse.

gold.jpg

Double relief in 18 colors, New York,

1966 - 1967
achat du Centre Pompidou en 2002

Trois œuvres de la donation

Mark Brusse

stone.jpg

Stone Story, 1991

Paper, 1983

late.jpg

Late Night Story, 2005

Le 10 juin 2021, Bernard Blistène cite, dans le Figaro, à la question posée : quel bilan faites-vous de vos années Beaubourg ?
« Je quitte le musée en ayant fait entrer nombre de donations et dations. De La fenêtre de feu Ellsworth Kelly à la palette de Richard Jackson, des donations Mark Brusse ou Jim Dine à la dation Paul Destribats... »


En juin 2021, Mark Brusse propose au Centre une donation, celle de 24 œuvres dont les dates de création s’échelonnent de 1961 à 2021, autrement le ticket pour un voyage de 60 ans à la découverte de son œuvre.
Parmi les œuvres de cette donation se trouve 16 mains de Essaouira + 2, créée à Essaouira, en 2011, faisant suite à l’invitation de Marie-Pierre Dilasser de la galerie La Navire. Une escale dans le voyage créatif de Mark Brusse, un atelier éphémère qui lui a permis de créer en un ailleurs marocain inspirant. Durant cette même étape souirie, il crée le 13 avril 2011 Shukran à Marie en remerciement à l’invitation de Marie-Pierre Dilasser.

16 mains.jpg

16 mains de Essaouira + 2, 2011

shukran.jpg

Shukran à marie, 2011

brusse essa 01.jpg

Mark Brusse à Essaouira, 2011
photo Nobuko Watanabe

C’est ici, dans le Finistère, à l’hôtel Sainte-Barbe, en face de l’île Béniguet, que se trouve une autre œuvre de Mark Brusse : What’s going on? II, sans doute l’œuvre de Mark Brusse accrochée le plus à l’ouest de l’Europe.

https://www.lanavire.com/mark-brusse

brusse barbe.jpg
beniguet.jpg