Stéphane Bordarier

Œuvres originales

Pour plus de renseignements, merci de nous contacter au 07 86 78 60 89

stéphane bordarier n°1

stéphane bordarier n°1

stéphane bordarier n°2

stéphane bordarier n°2

stéphane bordarier n°3

stéphane bordarier n°3

stéphane bordarier n°4

stéphane bordarier n°4

stéphane bordarier n°5

stéphane bordarier n°5

stéphane bordarier n°6

stéphane bordarier n°6

stéphane bordarier n°7

stéphane bordarier n°7

stéphane bordarier n°8

stéphane bordarier n°8

stéphane bordarier n°9

stéphane bordarier n°9

stéphane bordarier n°10

stéphane bordarier n°10

Stéphane Bordarier est né en 1953, il vit et travaille à Nîmes.
 

Dans les années 80, après avoir utilisé des terres et des pigments naturels, Stéphane Bordarier, dont l’œuvre émerge dans un contexte dominé par la Figuration libre et les diverses formes d’expressionnisme, entreprend d’occuper sa toile par des surfaces franchement colorées et clairement organisées.
Plus que de véritable lyrisme, ou d’expression­nisme, fût-il abstrait, il s’agit pour lui, dès cette époque, de produire la surface d’une expérience singulière : celle de la couleur et de la lumière, traitée d’une manière qu’il ne cessera, par la suite, de parfaire et de dépouiller. C’est une technique qui, malgré de notables évolutions, ne changera pas fondamentalement jusqu’à aujourd’hui.


Plus qu’une technique, il s’agit du processus même de l’œuvre et qui se confond avec le sujet de sa peinture. L’artiste enduit à la colle de peau la toile tendue sur châssis. Puis, dans la limite du temps que lui octroie cette matière encore chaude, il pose sa couleur, l’étale, l’enlève et la repasse à l’aide d’une raclette d’abord métallique puis, afin d’éviter les traces, en caoutchouc. Plus encore que de poser la couleur, il s’agit donc pour lui de la soustraire ; mais aussi de la pousser vers les bords et d’obtenir ainsi ce qu’on pourrait appeler une forme, mais qui est en réalité le bord de la surface gagnée sur la toile avant que la colle ne sèche complètement. Le repentir, dans cette pratique de nature performative, est exclu, et la seule modification possible d’un détail peu satisfaisant résidera dans le fait de ne pas le réitérer sur la toile qui suit. Ainsi, autant que de surface, il est question, dans la peinture de Stéphane Bordarier, de temps, d’une surface gagnée sur le temps.

Rétrospectives, musées et collections (extrait)
• Fonds national d'art contemporain
• Fonds régional d'art contemporain Languedoc-Roussillon
• Fonds régional d'art contemporain Bretagne

• Musée d'Art Moderne, Céret
• Fonds régional d'art contemporain de Franche-Comté
• Fonds départemental d'art contemporain de Seine-Saint-Denis
• Collection contemporaine BNP
• Collection AXA, La Grande Arche, La Défense
• Musée de Montbéliard
• Fonds municipal d’Art contemporain de la Ville de Paris
• Institut Français, Rabat et Casablanca, Maroc
• Carré d'Art, musée d'Art contemporain, Nîmes
• Karl Ernst Osthaus Museum, Hagen, Allemagne
• Musée d’art contemporain de Sérignan
• Le Ring, artothèque de Nantes
• Artothèque de Caen
• Hôtel des Arts, Conseil Général du Var, Toulon
• Manufacture Nationale des Gobelins, Paris
• Musée Fabre, Montpellier

• Mamco, Genève

© La Navire, galerie d'art en mouvement

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram
picto accueil blanc.png